les vignes du modeste viticulteur lotois


vignes : histoire et préhistoires, le passage de la vigne sauvage à la vigne cultivée





Par datage au carbone 14 des archéologues soviétiques pensent que le passage de la vigne sauvage à la vigne cultivée se déroula en Géorgie vers la fin de l’âge de pierre, soit environ 5 000 ans avant notre ère.



Du néolithique (de moins 5000 à moins 2000) nous connaissons des pépins de vignes préhistoriques, même en France, dans les palafittes du lac du Bourget, mais aussi en Allemagne, Italie du Nord, Suisse ou Belgique.
Ces pépins sont classé en Vitis vinifera silvestris.

Sur les bords du lac Léman, d'un site lacustre on a retrouvé des pépins de raisins d’au moins 12 000 ans.

Hugh Johnson, dans Une histoire mondiale du vin, note :
Le vin n’a pas à être inventé, il était là où l’on cueillait le raisin et où on le déposait même pour un temps très court dans un récipient capable de retenir son jus. Il y a eu du raisin, et des hommes pour le cueillir depuis plus de deux millions d’années.
Il analysait :
Il serait étrange que l‘homme préhistorique nomade n’ait jamais eu à observer le phénomène de la vinification.
Précisait néanmoins :
Sans en avoir la preuve définitive, on peut supposer que l’homme de Cro-Magnon, par exemple, qui vivait dans une forêt où la vigne poussait à l’état sauvage, et qui a pu peindre les chefs d’œuvres de la grotte de Lascaux, connaissait le vin.



Durant l'Antiquité, notre Pline préféré décrit six formes de conduite de la vigne : rampante, basse sous échalas, échalassée sans joug, à joug simple, à joug à quatre faces, en hautains.
Notre Virgile conseillait : Plante tes vignes en ordre, que leurs rangs bien alignées, coupés par des allées régulières forment un ensemble parfaitement symétrique.



Ajoutez votre avis ou commentaire